Les patients COVID-19 ne présentant aucun symptôme susceptible de rester ainsi

0
404
@“Œ‹ž“sˆãŽt‰ï‚Í‚P‚Q“úAVŒ^ƒRƒƒiƒEƒCƒ‹ƒXŠ´õÇ‚Ì‘æ‚Q”g‚É”õ‚¦‚邽‚߁AˆãŽtŒü‚¯‚ÌŒP—û‚ðŽÀŽ{‚µ‚½BŠJ‹Æˆã‚ç–ñ‚R‚Ol‚ªŽQ‰Á‚µAŠ´õ–hŒì‹ï‚Ì’…’E‚â‚o‚b‚qŒŸ¸‚ÌŒŸ‘̍̎æ‚ÌŽè–@‚È‚Ç‚ðŠw‚ñ‚¾Bu‹`‚ð‚µ‚½•½¬—§Î•a‰@‚̑响ä’m•›‰@’·i‚T‚Uj‚́udÇŽÒ‚̏‰Šú‘Ήž‚ðs‚¤‰Â”\«‚à‚ ‚é‚̂ŁAˆÀ‘S‚ð’S•Û‚µ‚È‚ª‚玷–±‚É‚ ‚½‚Á‚Ä‚Ù‚µ‚¢v‚Ƙb‚µ‚½“Œ‹ž“sç‘ã“c‹æ

Quelles sont les chances que des patients COVID-19 ne présentant aucun symptôme puissent les développer plus tard ?

Assez minces, selon une étude récente menée par un groupe de chercheurs de la préfecture d’Aichi au Japon, qui ont découvert que les patients atteints de coronavirus asymptomatiques ont tendance à se rétablir dans les neuf jours suivant la confirmation de leur infection par des tests d’amplification en chaîne par polymérase (PCR).

Les conclusions, qui concernent une étude sur l’évolution de la maladie chez 90 personnes sans symptômes ayant contracté la maladie à bord du navire de croisière Diamond Princess, ont été publiées vendredi dans le New England Journal of Medicine et ont montré que seules 11 personnes sans symptômes continueraient à les développer par la suite.

“Dans cette cohorte, la majorité des personnes infectées asymptomatiques sont restées asymptomatiques pendant toute la durée de leur infection”, a écrit dans le rapport une équipe dirigée par Yohei Doi, médecin et professeur du département des maladies infectieuses de l’université de santé de Fujita.

A lire  Hubble prend une incroyable photo d'une galaxie très lointaine

Les résultats ont montré que près de la moitié des patients ont été débarrassés du virus dans les neuf jours suivant le premier test positif au COVID-19, tandis que 90 % des personnes se sont rétablies dans les 15 jours. Les résultats ont également montré que la plupart des patients n’étaient pas susceptibles de se rétablir dans les cinq jours suivant le premier test positif.

Sur la base de ces résultats, le ministère de la santé a révisé vendredi ses directives concernant l’hospitalisation des patients atteints de COVID-19. Il conseille désormais que les patients dont le test est négatif à deux reprises dans les six jours suivant le test positif initial soient renvoyés chez eux.

Le centre médical d’Okazaki de l’université de santé de Fujita a accueilli 128 personnes du Diamond Princess, atteint par le virus – 96 passagers qui ont été testés positifs pour le coronavirus mais n’avaient aucun symptôme et 32 de leurs compagnons de cabine qui ont été testés négatifs. Tous étaient âgés de 9 à 77 ans. Au total, des données sur 90 patients sans symptômes étaient disponibles pour analyse.

A lire  The Lancet émet un avertissement majeur sur l'étude anti Chloroquine

Le navire de croisière, qui est devenu un lieu de reproduction du coronavirus et a été mis en quarantaine au large de Yokohama avec quelque 3 700 passagers et membres d’équipage à bord, a fait la une des journaux après une épidémie de COVID-19 en janvier et février. Le coronavirus a infecté plus de 700 passagers et membres d’équipage.

Les patients de l’étude ont été transportés au centre médical où ils ont été mis sous observation continue en février. Les résultats de l’étude ont montré que le temps nécessaire pour se remettre de l’infection augmentait avec l’âge. L’âge moyen des patients était de 59,5 ans.

A lire  Les premiers tests pour des vols plus verts débutent

Les chercheurs ont expliqué que les 11 patients qui ont développé des symptômes plus tard avaient été pré-symptomatiques, plutôt qu’asymptomatiques pour le COVID-19.

Ces résultats viennent s’ajouter au débat en cours sur le rôle des patients asymptomatiques dans la transmission du coronavirus.

Le New England Journal of Medicine avait précédemment qualifié la transmission par des personnes apparemment en bonne santé de “talon d’Achille de la lutte contre la pandémie de COVID-19”.

L’Organisation mondiale de la santé a déclenché une controverse sur les voies de transmission du coronavirus au début du mois de juin, lorsqu’un haut responsable a déclaré que cette transmission était “très rare”.

Maria Van Kerkhove, chef de l’unité des maladies émergentes et des zoonoses de l’OMS, a ensuite fait marche arrière, notant qu’il n’y a pas assez de données pour conclure à quel point les porteurs asymptomatiques sont infectieux.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here