Apple rejette l’application Facebook Gaming sur l’App Store, pour la cinquième fois

0
410

Apple a refusé à Facebook, pour la cinquième fois, d’avoir son application Facebook Gaming sur l’App Store d’Apple. La raison invoquée est que les jeux Facebook offrent aux utilisateurs un accès à des jeux occasionnels qui ne sont pas disponibles sur l’App Store d’Apple. L’application Facebook Gaming est cependant disponible sur l’App Store de Google Android.

L’application Facebook Gaming aurait déjà été rejetée suffisamment de fois par Apple en raison des règles de l’App Store qui interdisent les applications “ayant pour but principal de distribuer des jeux occasionnels”.

Cependant, la nouvelle application de Facebook n’est pas une vitrine pour vendre des jeux pour smartphones. L’application se concentre sur la diffusion de jeux en streaming directement sur Facebook et permet aux utilisateurs de regarder d’autres streamers – un peu comme ce que fait Twitch…

A lire  Apple et DuckDuckGo, une alliance faite dans le paradis de la vie privée

Les quelques jeux limités disponibles sur Facebook Gaming comprennent des jeux comme Words with Friends et Uno. Selon Apple, la nature de l’application Facebook Gaming est un problème et non pas ce qu’elle offre.

L’App Store est la seule passerelle permettant à une application de se rendre sur les iPhones et les iPads et Apple prend également une part de 15 à 30 % de tout ce qui est vendu sur l’App Store. L’application Facebook Gaming sur l’App Store est un moyen pour les utilisateurs d’iPhone et d’iPad d’accéder à une vitrine, qui est à la fois détenue et gérée par Facebook, qui est en dehors de l’écosystème Apple. Cela pourrait exclure Apple de l’équation.

A lire  Conseil de surveillance de Facebook - un grand pas pour Facebook, un petit pas pour la liberté d'expression

Des rapports soulignent également que les jeux proposés par Facebook, comme Uno et Words with Friends, sont extrêmement décontractés et ne sont pas inclus dans les jeux proposés sur l’App Store. Les jeux sont l’un des principaux moteurs de revenus de l’App Store et, pour ces raisons, il semble qu’Apple ne soit pas d’humeur à rivaliser ou à partager.

Ce n’est pas la première fois que les politiques de l’App Store d’Apple sont remises en cause et que la réduction des prix pratiqués par les fabricants d’applications est remise en question. Il y a actuellement un autre bras de fer entre Apple et Basecamp pour l’application de messagerie Hey.

A lire  Quel est le rapport entre Facebook et Donald Trump ?

David Heinemeier Hansson, le CTO et co-fondateur de Basecamp a tweeté qu’Apple a “doublé son rejet” des mises à jour de Hey (l’application e-mail) à moins que les fabricants “se soumettent à leur demande scandaleuse de 15-30%” de leurs revenus.

Apple a cité la section 3.1.1 des lignes directrices de l’App Store dans ce cas, rejetant les mises à jour de Hey, qui stipule que les développeurs d’applications doivent utiliser le système de paiement in-app d’Apple s’ils offrent des services payants. Le problème ici est qu’il y a des applications sur l’App Store qui contournent cette directive particulière comme Netflix et Spotify qui offrent un accès à des versions payantes de leurs services qui ne sont pas achetées sur l’App Store.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here