Après avoir menacé de tuer Jacinda Ardern et d’attaquer une mosquée, un terroriste de droite australien est en prison

0
320

Une extrémiste de droite de Nouvelle-Galles du Sud qui a publié une série de messages de menace sur Facebook contre les musulmans et la Néo-Zélandaise Jacinda Ardern a été condamnée à 10 mois de prison.

Un juge de Nouvelle-Galles du Sud a qualifié d'”odieux pour la société civilisée” le mobile d’un homme qui a posté sur Facebook des messages menaçant d’attaquer une mosquée et de tuer la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.

Le juge Tim Gartelmann, du tribunal de district de Newcastle, a déclaré que l’extrémiste de droite Cormac Rothsey détestait les musulmans et que ses actions étaient motivées par l’intolérance et le chauvinisme.

Rothsey a plaidé coupable d’avoir utilisé un service de transport pour menacer, harceler ou offenser, et a été condamné vendredi à 10 mois de prison.

L’homme de 44 ans est en prison depuis son arrestation le 5 septembre, il sera donc libéré le 4 juillet.

A lire  Le Hajj, pèlerinage musulman, ne sera possible que pour les résidents saoudiens

Il sera placé sous caution pour bonne conduite pour une durée de 14 mois et devra informer les autorités dans les 24 heures suivant l’achat d’un appareil électronique avec accès à Internet ou l’ouverture d’un compte sur les médias sociaux.

La police a commencé à surveiller les comptes Facebook de Rothsey fin août 2019, après avoir été informée par la hotline de la sécurité nationale de ses publications anti-islamiques.

Le juge Gartelmann a déclaré que Rothsey avait publié le 2 septembre un message demandant au président américain d’envoyer un missile à Lakemba, dans la banlieue de Sydney, “comme cadeau pour le Ramadan”.

Le juge a déclaré que Rothsey a affirmé qu’il voulait que des centaines de musulmans meurent.

Le 3 septembre, Rothsey a publié son opinion selon laquelle les musulmans n’ont pas leur place en Australie et a inclus un mème de lance-flammes avec la légende “Tuez-le par le feu”.

A lire  L'Italie et la Belgique se joignent à la France pour rejeter l'hydroxychloroquine

Plus tard, il a publié une image de Mme Ardern, disant qu’elle devait être abattue comme un animal.

L’avocat de la défense Ben Bickford a déclaré à la cour que Rothsey était “accablé de regrets” à propos de ces messages et qu’il s’en prenait probablement à un groupe d’hommes qu’il croyait musulmans dans les mois précédant les menaces.

Il a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que Rothsey avait prévu de donner suite à ses menaces ou d’obtenir des armes.

Rothsey a dit à un psychologue qu’il était en colère, effrayé et accablé par des pensées de vengeance suite à sa prétendue agression.

Un autre post sur Facebook le jour de son arrestation, le 5 septembre à 14h53, a été lu : “Australie : raid sur la mosquée Cormac Rothsey bientôt. Ça va être filmé (sic). Pas de retour en arrière”.

À 15h54, Rothsey a écrit : “P***n de m***e. Faisons le.”

A lire  15 travailleurs migrants ont été frappés et tués par un train alors qu'ils tentaient de rentrer chez eux pendant la fermeture de l'Inde

Rothsey avait posté plus tôt : “Mon but est d’aller à la prière du vendredi dans une mosquée bondée. Pas de retour en arrière quand on m’appelle à la prière”.

Il avait également utilisé Facebook pour discuter de son admiration pour le terroriste et meurtrier de masse de Christchurch, Brenton Tarrant, et menacer de tuer Mme Ardern.

Rothsey a écrit que Tarrant “devrait recevoir une médaille pour l’Australien le plus courageux depuis Gallipoli”.

Il a déclaré à propos de Mme Ardern “Je veux qu’elle meure… Je vais utiliser mon fusil.”

Après son arrestation dans la banlieue de Newcastle, à Hamilton, Rothsey a déclaré à la police qu’il avait posté de nombreuses menaces alors qu’il était ivre ou en train de dégriser et qu’il avait essayé de les supprimer le lendemain lorsqu’il a réalisé qu’elles étaient “devenues incontrôlables”.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here