Davantage de personnes pensent que l’ouverture d’entreprises expose un trop grand nombre de personnes au risque de COVID-19 et qu’il faut attendre

0
429

Une majorité de personnes dans neuf pays sur 16 pensent que l’ouverture d’une entreprise fait courir un risque trop élevé de contracter le COVID-19, selon le dernier sondage Ipsos.

De plus en plus de personnes disent également que la plupart des emplois perdus pendant la fermeture ne reviendront pas, ce qui laisse entendre que ceux qui soutiennent la réouverture le font en dépit du risque plutôt que de croire que le risque est faible.

Dans un sondage réalisé du 21 au 24 mai auprès de 16 000 personnes dans 16 grands pays, les habitants du Brésil (71 %), de l’Inde (69 %), du Mexique et de la Corée du Sud (65 %), du Japon et du Royaume-Uni (62 %) et des États-Unis (60 %) sont les plus susceptibles de dire qu’il faut attendre au moins quelques semaines de plus avant d’ouvrir des entreprises, car ouvrir maintenant mettrait trop de gens à risque de contracter le COVID-19.

A lire  La France ne tolérera pas de licenciements massifs chez Air France-KLM

Mais à l’opposé, les habitants des pays les plus touchés, comme la Chine (65 %), l’Italie (64 %), la France (59 %), l’Allemagne (57 %) et la Russie (55 %), sont les plus susceptibles de dire que le risque pour la santé est minime si les gens respectent les règles de distanciation sociale, et que nous devons relancer l’économie.

Les personnes les plus divisées sur cette question se trouvent en Espagne, en Australie et en Afrique du Sud, avec seulement 2 points de pourcentage entre celles qui pensent que l’ouverture d’entreprises met trop de gens en danger et celles qui disent que le risque est minime.

A lire  La France a déclaré la "guerre" au coronavirus, mais a perdu les armes pour lutter contre une pandémie

En outre, une majorité de personnes en France (69 %), en Espagne (62 %), en Corée du Sud et en Afrique du Sud (61 %), en Italie (60 %), au Japon (58 %), au Royaume-Uni (57 %) et en Russie (52 %) ne pensent pas que la plupart des emplois perdus pendant la pandémie reviendront dès que les restrictions en matière de maintien et de fermeture des entreprises seront levées.

La majorité des personnes interrogées en Inde (73 %) et en Allemagne (51 %) sont les seules parmi les 15 pays à penser que la plupart des emplois perdus reviendront une fois les restrictions levées.

A lire  L'Arabie saoudite aurait fait une première offre de 250 millions d'euros pour racheter l'OM

Un certain nombre de pays sont divisés sur cette question, avec seulement 2 points séparant ceux qui sont d’accord et ceux qui ne le sont pas sur la question de savoir si les emplois seront récupérés en Australie et au Mexique, suivis par les États-Unis (3), le Brésil (7), le Canada (9) et l’Allemagne (10).

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here